La tribu animale : ceux qui sont partis

Chifounette

petit âne gris des alpes, xxxx/2013

Chifounette

Chifounette était la compagne de longue date de Grisou, accueillie déjà à presque trente ans. Elle avait de la suite dans les idées mais tout en douceur et tranquillité, une crème… Une présence apaisante.
Elle nous a quittés après s’être emprisonnée une patte dans des barrières, étant tombée sans s’être délivrée la patte, elle est restée toute une nuit à s’épuiser pour se dégager et se remettre debout. Un accident bête, un gros regret. Nous l’avons découverte au matin, presque inconsciente d’épuisement, dans la glace de l’hiver.

Nous l’avons accompagnée 10 jours sous un abri de fortune construit autour d’elle, entre paille et couvertures, à la retourner, la masser. Deux personnes se relayaient nuit et jours pour s’occuper d’elle. Nous avons du la laisser partir un matin après un gros travail de conscience qu’elle nous a permis de faire. Notre première véritable prise de conscience de ce que représentent la vie et la mort des animaux entrés en relation avec nous. Chifounette est toujours présente.
Pour approfondir : Conscience animale

Sakura

chèvre poitevine, 2005/2013

Sakura

Sakura, la matriarche de notre tribu de chèvres poitevines. Frondeuse, curieuse, pleine de vie, qui partait en balade avec nous et qui répondait à l’appel de son nom ! Sakura que nous avons retrouvée bien installée, à ruminer tranquillement... dans notre lit !
Nous n’avons rien vu venir, à peine un petit coup de mou, assez récurrent chez les chèvres qu’elles gèrent généralement elles-mêmes par une diète alimentaire. Un jour, elle n’était plus là, impossible à trouver pendant des heures. Puis on a vu son corps, allongé, juste lové dans un creux derrière notre cabane d’été, à 5 mètres de notre yourte.
Elle est morte en silence, près de nous, nous n’avons rien vu, rien entendu. Silence et vide, culpabilité et honte... nous avons appris depuis l’attention vigilante fraternelle. Faire monter d’un cran la présence animale en notre conscience, dans les faits, pas qu’en théorie bienveillante. Passer d’un statut subjectif situé entre l’objet aimé et l’humain, à celui intrinsèque d’être sensible et conscient faisant partie de notre communauté du vivant.
Pour approfondir : Conscience animale

Lanette

baudet du poitou à 60 %, 1999/2013

Lanette

Lanette est la maman de Rose, elle est née avec un pied bot qui n’a pas été corrigé. Elle boîte mais a trouvé un équilibre et vit relativement normalement si ce n’est que ses déplacements sont plus limités et qu’elle doit faire attention à son environnement notamment lorsqu’elle se couche pour pouvoir se relever facilement. Sa structure globale est tendue et se déforme peu à peu. Nous savons qu’elle ne fera sans doute pas une très vieille ânesse. Elle a du courage, est un peu solitaire et bourrue et ne se laisse pas faire. Un caractère... qui aime les caresses !
Ce matin là, le sol était détrempé par les lourdes pluies sans interruption de la nuit et des jours précédents. Lors de notre promenade rituelle du matin pour visiter nos amis animaux, impossible de trouver Lanette. Je voyais Rose, au loin.
Elle était près de sa mère gisante dans un espace reculé des terres. Elle s’était couchée sur un sol un peu en pente, du bon côté, comme elle le fait toujours pour l’aider à se relever malgré son pied bot et la douleur. Malheureusement, la boue n’a pas permis à ses déjà fragiles prises un appui suffisant pour qu’elle se relève. Elle a essayé toute la nuit, s’épuisant, atrophiant ses muscles. Elle était encore consciente, nous l’avons accompagnée. Elle est partie dans la journée malgré la venue d’un vétérinaire. Difficile de surmonter la culpabilité. À l’époque, nous n’avions ni véto osthéo, ni tracteur à fourche pour aider les équins à se dresser et à se maintenir debout. On apprend souvent de nos manques et erreurs, dans l’amertume. Merci Lanette pour tout ce que tu as pris avec toi en partant et pour tout ce que tu nous as laissé.
Pour approfondir : Conscience animale

Bowie

cheval de selle
1996/2014

Bowie

Bowie nous a rejoints au printemps 2014. Il a été le premier compagnon de Jasou avant l’arrivée de Hiémione et de Darjeeling. Magnifique cheval aux yeux verrons, Darjeeling est un cheval très équilibré et équilibrant pour Jasou et les hommes dont il aimait être proche. Une amie nous l’a cédé, les larmes aux yeux, sachant qu’elle ne pouvait plus le rendre aussi heureux. Bowie avait sa place sur les terres de l’Awen mais quelque chose en lui était différent, comme une sagesse transcendante. Nous l’aimons beaucoup.
Un jour, il était au centre d’une prairie et ne bougeait plus. Il respirait fort, tremblait un peu et ne mangeait plus. Pourtant, il semblait tranquille. Au téléphone, nous avons expliqué les symptômes au vétérinaire qui ne s’est pas inquiété outre mesure. Il pensait que c’était un coup de fatigue et qu’il récupérait. Si cela n’allait pas mieux le lendemain, on devait le rappeler.
Nous avons placé une couverture sur le dos de Bowie et nous avons décidé de venir le voir toutes les deux heures la nuit. A 22h00, il n’avait pas bougé, pas d’amélioration, pas de détérioration. A minuit, nous ne l’avons plus vu. Nous l’avons cherché, avons trouvé la couverture dans une haie à l’autre bout des terres mais pas de Bowie ! Un peu plus tard, nous l’avons trouvé allongé, à 50 mètres de la yourte. Il était parti. Nous l’avons accompagné pendant trois jours pour nous assurer que toute sa conscience s’était séparée de son corps physique. Nous avons prévenu sa propriétaire.
Que s’est–il passé ? Incompréhension...
Les réponses que nous avons obtenues par la suite nous ont ouvert de nouveaux champs de compréhension sur ce que sont nos amis animaux et leurs rôles parmi nous. Merci Bowie.
Pour approfondir : Conscience animale

Thalys

chèvre poitevine, 2005/2015

Thalys

Thalys, demi sœur de Sakura. Elle compense son absence de cornes par une ingéniosité et une ruse sans limite. Plus d’une fois elle est arrivée à rendre chèvre son énergique sœur Sakura qui essayait par force de la dominer. Un exemple de sagesse malicieuse.
Suite à des problèmes de la sphère intestinale, nous avons fait intervenir un vétérinaire. Nous avons suivi le traitement préconisé sans amélioration de l’état de Thalys. Suite à une communication animale, Thalys nous a fait comprendre que ce médicament n’était pas bon pour elle. Nous sommes retournés vers le véto en lui expliquant maladroitement que nous sentions que le médicament n’était pas adapté pour elle. Il a accepté de changer de médicaments. Elle est morte trois jours plus tard des effets secondaires respiratoires liés à ce médicament.
Le nom, la posologie et le mode d’administration différaient entre ces deux produits, mais leur composition et le principal agent actif étaient similaires...
Nous avons décidé de laisser de côté les codes vétérinaires en vigueur sur la santé animale, de surpasser nos doutes et notre sentiment d’impuissance et de privilégier une approche naturelle globale, autonome, basée sur la confiance en les forces d’homéostasie et une observation vigilante et bienveillante des comportements et messages de nos animaux. Rude chemin...
Pour approfondir : Conscience animale

Sayana

chèvre poitevine, 2013/2015
et les petits, février 2015

Sayana

Sayana, fille de Freya, était, avec Thor, la plus proche de nous parmi les chèvres. Elle aimait le contact avec les humains et les chats. D’un caractère facile et intéressé, nous gardons d’elle des souvenirs émus.
Suite à une mise bas difficile, son état s’est détérioré progressivement sans que l’on puisse y faire grand-chose. Encore sous le choc de la mort de Thalys, nous avons organisé un environnement propice à son accompagnement dans notre cabane d’été.
Nous l’avons soignée, nourrie, prise dans nos bras. Nous avons dormi à ses côtés pendant presque deux semaines, jusqu’à ce qu’elle s’endorme pour de bon. Des moments durs et tristes mais également puissants et parfois pleins de tendresse et de joie comme lorsqu’elle acceptait de la nourriture ou que Kalhan se lovait sur elle pour l’accompagner à sa façon.
Des moments uniques ! Emplis de son regard sur nous étrange et profond. Bouleversant et métamorphosant quelque chose de fondamental en nous.
Pour approfondir : Conscience animale

Cette année-là, nous nous sommes laissés dépasser par les forces procréatrices de la nature : bouc surexcités en conflits perpétuels, harcèlement des femelles, consanguinité... Nous avons perdu neufs petits en plus de Sayana et Thalys, une hécatombe. Un traumatisme. Plus jamais.


Haut de page


Association Les jardins de l'Awen - 2 bis La Nouillère 86390 Lathus-Saint-Rémy - 06 71 07 92 61

Association loi 1901